L’année 2017 pointe son nez avec un certain nombre d’évènements qui vont occuper pleinement les médias, tant le monde est chamboulé et la cible de forces déferlantes du mal. Pour nous en France, un évènement majeur, va alimenter l’actualité : les élections présidentielles avec probablement beaucoup de débats entre tous les partis de l’extrême gauche à l’extrême droite qui vont défendre bec et ongles leurs programmes et leurs idées. Sans aucun doute, pour la plupart, leurs convictions sont sincères et justifiées par leurs raisons, et j’ai beaucoup d’admiration pour leur zèle à les défendre, à les expliquer, mais en réalité que peuvent-ils offrir au monde, sinon de l’espérance dont ils n’ont aucune assurance qu’ils pourront la faire naître ?

De déceptions en déceptions, de plus en plus attirés par les partis extrêmes qui veulent profiter du fait que parce qu’ils n’ont jamais gouverné, c’est le moment de voter pour eux pour avoir une chance de voir nos conditions changer, la tentation est forte de faire le pas, pour voir.

La raison cependant nous apprend que la tentation n’est pas une bonne chose. Pour nous croyants, selon la Bible, nous savons que le pire est venu dans le monde, par la tentation de la première femme et du premier homme et que le mensonge ou la demi vérité du serpent ancien en a été l’amorce.  Leurs yeux se sont ouverts sur un monde, qui depuis, souffre les douleurs de l’enfantement. Mais que va-t-il enfanter ?

Mon seul espoir, comme beaucoup aujourd’hui, j’ai voulu le placer dans celui qui est venu dans ce monde pour apporter une réelle espérance ; Jésus Christ est venu réconcilier les hommes de bonne volonté avec son Père qui devient notre Père, il a offert sa vie en rançon pour le péché afin de nous donner une vie meilleure, éternelle et bénie, il appelle qui veut le suivre à se repentir d’avoir négligé d’écouter sa voix, pour écouter celles des sirènes qui veulent nous attirer à elles et loin de Dieu.

Puisque, comme Jésus nous y invite, nous devons nous soumettre aux autorités de ce monde, en rendant à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui lui appartient, et puisque nous sommes invités à exprimer un choix, faisons celui de la sagesse en cherchant à élire celui ou celle qui aura le plus de respect pour l’expression de la foi de chacun et pour la liberté. N’oublions jamais que le royaume de Dieu s’établit dans les cœurs et que quel que soit le candidat qui sera élu, nous aurons à prier pour lui afin que l’œuvre de Dieu se fasse et que le royaume de Dieu grandisse en France.

Evènements

_______ Merci de votre soutien _______

Montant:
Aller au haut